Concours de Montaigu les 19-20 octobre 2019

Concentration toujours, cette fois pour Mathilde et Pierre, mais au prix d'une longueur sous le clicker qui a un peu bridé leur potentiel ; on ne leur en tiendra pas rigueur, on ne nourrit guère d'inquiétude pour la suite.

En parlant d'examen de passage, Colin étrenne son arrrivée chez les cadets en passant les 540, ce n'est pas une surprise, on lui donne son diplôme de suite !

Le bilan de cette première compétition salle est donc plutôt positif, d'autant qu'il faut y inclure la résurrection de Morgane, le mot n'est pas trop fort après les affres de nos minimes filles la saison passée. Elle est en route pour une qualif France à n'en pas douter, le message est clair : pour cruels que soient certains passages à vide (maladie de la carte), la patience et le travail finissent par en venir à bout.

A noter que ce lundi les canetons sus-nommés (sauf Tristan) participaient à un stage régional qui a débuté par un tir compté au sujet duquel je pourrais formuler les mêmes observations personnalisées que la veille. Avec une remarque toutefois : Morgane et Pierre ont ajouté une quinzaine de points à leurs scores montacutains, à un niveau qui commence à parler...

Ont-ils réussi leur examen d'entrée dans cette nouvelle saison, nos canetons présents à Montaigu ce dimanche matin ? Oui pour ceux qui ont approché ou établi leur meilleur score ; mais me direz-vous, rien que de très normal pour des archers en progression, après tout...

Un mot d'abord au sujet de Tristan, appliqué pour sa première compétition : score modeste engendré par une irrégularité bien compréhensible malgré une attitude très "pro" et une concentration constante...

...deux termes à l'inverse souvent oubliés par Simon (le petit, déjà grand, à ne pas confondre avec son homonyme d'aîné, le grand, vraiment très grand), il ne confirme pas les bonnes dispositions manifestées à l'entraînement depuis la rentrée. Dommage, il reste sous les 500 points, encore peut-il dire merci à sa seconde série, il semble que Lydie ait eu les justes et forts mots qu'il fallait à la pause...

De la concentration, le maître mot décidément du week-end, Matou en a eu qui lui a permis à l'inverse de faire sensiblement mieux que ce que laissaient supposer les récents entraînements. Un déclic ? Pourquoi pas...